Une pensée sur “

  • 25 décembre 2014 à 1 h 31 min
    Permalink

    J’attends un ami.
    J’attends un ami. Ces dernières semaines, plusieurs fois ; Il m’a prévenu de sa venue. Et Il m’a demandé de préparer mon cœur. Ce n’est pas n’importe quel ami. Lui et moi avons été parfois séparés. Suite à quelques incompréhensions, je m’étais éloigné de Lui, je l’avais négligé et aujourd’hui je le regrette vraiment. Mais Lui ne m’avait pas oublié ! Et il m’a écrit plusieurs fois qu’il viendrait me visiter. Ce n’est pas n’importe quel ami. Il a le pouvoir de changer ma vie. A chaque fois qu’Il est venu, je me suis senti aimé et encouragé. En sa présence, je me sens comme la personne la plus importante au monde. C’est comme une re-naissance ; un nouvel horizon qui s’ouvre devant moi.
    Mais ma surprise fut grande quand Il est enfin venu. J’ai bien failli ne pas le reconnaitre. J’avais gardé le souvenir d’un grand personnage capable de toucher les cœurs et de déplacer les foules. Mais Il est venu, ici, chez nous ; bien fragile, emmailloté et couché dans une crèche.
    Cette crèche est un peu à l’image de ma vie. S’Il n’était pas venu ici, j’en aurais presque honte : le lieu est pauvre, il est obscur, et froid car le soleil n’y pénètre pas souvent. Ce n’est pas n’importe quel ami. Depuis qu’Il est là, tout a changé. Une extraordinaire lumière a envahi la pièce. Et aussi une grande joie tout au fond de moi : la joie de le recevoir après une si longue attente ; et de le revoir ici chez nous. Une grande paix me saisit au plus profond de mon être car maintenant, je me sens si riche de sa présence. Et je n’ai plus peur. Je n’ai plus froid, je n’ai plus mal. Cet enfant est le Frère qui saura me conduire sur les chemins du monde. Il est Celui qui me fera oublier mes doutes. Qui me libèrera de ce qui alourdit mon cœur lorsque je traverse des chemins sans vraie lumière. Ce soir, c’est comme si le ciel et la terre s’étaient donné rendez-vous. A l’heure dite et comme il avait été annoncé au commencement du monde ; Dieu devient l’Emmanuel : « Dieu pour nous et avec nous ». Nous sommes nombreux à gouter cette joie. Ce soir, nous sommes tout un peuple à vibrer d’une même allégresse.

    Ce soir, nous sommes tous à Bethléem
    Ce soir, nous sommes tous à Bethléem, dans la « maison du pain », dans ce tout petit village de Judée. Et ce pain, c’est Jésus venu nourrir notre joie et fortifier nos vies. Il est ce pain qui un jour sera livré pour nous dans la grande ville de Jérusalem toute proche. Il est le pain qui sera brisé sur la Croix. Ce n’est pas n’importe quel ami. Dieu fait homme, notre Sauveur et notre Dieu donné à contempler ici dans l’humilité de la crèche.
    Il y a Joseph qui veille sur l’enfant, tout étonné lui aussi de voir naitre un Fils dans une ville de Rois, et sur les terres de son lointain ancêtre David.
    Il y a Marie son épouse. Cet enfant est pour elle l’objet de tous les soins et d’un grand mystère à méditer. Elle a enfanté et son rôle de mère emprunte au grand Mystère d’un Amour Absolu.
    Il y a les bergers : ils représentent la grande Tradition d’Israël. Ce n’est pas n’importe quel enfant. Eux aussi ont compris que cette naissance les concernait ; que cet enfant donnerait sens à leur histoire. Alors eux aussi se sont déplacés et ils sont les tout premiers d’un peuple innombrable. Ils sont venus pour chanter et être les premiers témoins de la Bonne Nouvelle. Ils sont venus se joindre aux innombrables anges qui dans le ciel chantent la Gloire de Dieu.

    Ce soir Jésus devient l’un de nous
    Ce soir Jésus devient l’un de nous et nous l’accueillons de tout notre cœur. Nous avons à le laisser « re-naitre » en nous et à l’accueillir dans notre monde. « Seigneur, c’est dans mon cœur que tu renais, c’est dans ma vie que tu grandis ». Jésus se fait notre frère pour que nous devenions les Enfants d’un même Père.
    Seigneur, Toi qui es venu pour sauver le monde, viens à nouveau et achève ton œuvre. Nous avons besoin de Te recevoir. Nous voulons T’annoncer par toute notre Vie.
    Toi qui nous appelles à la liberté, défais les liens qui nous entravent. Nous avons besoin de Toi pour ne pas perdre cœur dans les difficultés de la vie ; argent, travail, santé, famille, vie publique … ouvre devant nous le chemin d’une plus grande liberté.
    Que ton nom soit porté aux extrémités de la terre, afin que tous les hommes découvrent tes sentiers. Tant de personnes ignorent encore ton amour, combattent ou méprisent ton nom, persécutent les croyants au nom de leur foi ou cèdent à la violence particulièrement à l’Est de la RDC.
    Ce n’est pas n’importe quel enfant. Il a fait de nous des frères. Il illumine nos vies de sa présence vivante et sainte. Nous l’accueillons non pas seulement comme une Bonne nouvelle mais comme une Vie entièrement nouvelle qui nous est offerte. Une vie à faire vivre en nous, entre nous et autour de nous.
    Père Vincent Leclercq, aa le 24 décembre 2014.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.