Une halte spirituelle à Nîmes

nimes_160213Le samedi 13 février, la famille de l’Assomption de Nîmes a organisé dans cette même ville, une halte spirituelle. Près de cinquante personnes ont répondu présentes à cette invitation.  Après la prière du milieu du jour, le P. Cezar, venu de Lyon, nous a proposé un enseignement approfondi sur la miséricorde. Partant de la place de la miséricorde dans les pontificats du pape Jean-Paul II et du pape François, il nous a entraînés ensuite dans la Bible, particulièrement avec la méditation du Psaume 102 et du Magnificat.

Au fond, montre le P. Cezar, la miséricorde du Seigneur s’adapte à chacun de nous ! Voici un extrait du Psaume 102 :
« Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ;
il n’est pas pour toujours en procès, ne maintient pas sans fin ses reproches ;
il n’agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses.
Comme le ciel domine la terre, fort est son amour pour qui le craint ;
aussi loin qu’est l’orient de l’occident, il met loin de nous nos péchés ;
comme la tendresse du père pour ses fils, la tendresse du Seigneur pour qui le craint !
Il sait de quoi nous sommes pétris, il se souvient que nous sommes poussière.
L’homme ! ses jours sont comme l’herbe ; comme la fleur des champs, il fleurit :
dès que souffle le vent, il n’est plus, même la place où il était l’ignore.
Mais l’amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent, est de toujours à toujours,  et sa justice pour les enfants de leurs enfants,
pour ceux qui gardent son alliance et se souviennent d’accomplir ses volontés. »

Après l’enseignement et une pause bien méritée, des groupes de partage nous sont proposés. Nous pouvons ainsi partager les éléments de l’enseignement qui nous ont touchés, poser des questions, et témoigner de l’action de la miséricorde dans nos vies.

Place ensuite à la méditation. A la chapelle, un petit film nous raconte la parabole du Fils Prodigue. Puis, alors que la peinture de la Parabole du Fils Prodigue de Rembrandt est projetée, une méditation de Paul Baudiquey sur cette belle parabole nous est lue, ainsi que des textes du pape François, alternés avec des chants méditatifs. Enfin, nous terminons notre halte spirituelle par l’Eucharistie anticipée du dimanche, et un repas tiré du sac très amical ! En fin de compte, nous sommes heureux de cette rencontre, à la fois temps de formation et temps de fraternité.

P. Thibault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.