Emmanuel d’Alzon fondateur

Belle journée

Jeune laïque assomptionniste pourtant d’un certain âge,  je suis toute émue aujourd’ hui en découvrant fortuitement dans un ancien livre sur les assomptionnistes,  reçu ce matin par la poste,  grâce à la “magie d’internet”, un texte fondateur rassemblant les désirs d Emmanuel d’Alzon pour sa congrégation naissante.

Certains  mots ont vieilli ou sont moins ajustés à notre présent,  des orientations se sont affinées,  d’autres ont pris de l’épaisseur suivant les périodes,  mais l’élan et l’Esprit restent les même. Ces inspirations ont traversé mers et océans,  ont gravi des montagnes pour atteindre des continents  éloignés. Un pape, en cours de route, a indiqué  l’Orient comme terre de fondation incontournable.

Je vous confie ce texte initial des Constitutions de 1855  (révisé en 1933) trouvé dans ” les Assomptionnistes “de Jean Monval – 1939 –

‘”  le but de notre congrégation est l’ avènement  du règne de Notre Seigneur Jésus Christ, en nous d’abord, ensuite dans le prochain. “

”  les moyens  d’attendre notre but sont:

1 ° Pour nous,  la pratique des vertues religieuses selon les exemples de Notre Seigneur Jésus Christ; une dévotion spéciale au très  Saint Sacrement et à la Très Sainte  Vierge , le zèle  pour le triomphe de l’ Eglise et le salut des âmes, l’ obéissance filiale au Souverain pontife.”

2° Pour le prochain les oeuvres suivantes

  1. a)  L’enseignement compris dans le sens le plus étendu du mot….
  2. b)  Le ministère des âmes y compris les paroisses.
  3. c)   Les publications et la propagande religieuse de tous genres.
  4. d)  La conversion des infidèles, le retour des dissidents, l’union des Eglises.
  5. e)  Les institutions charitables, populaires et sociales
  6. f)  Toute œuvre que notre souverain pontife nous demanderait d’entreprendre.”

Comment allons nous, ensemble religieux, religieuses et laïcs, dans cette période post moderne et post capitulaire …. continuer à vivre de cet Esprit. Comment se le réapproprier, le revitaliser, forts de ces assises dalzonniennes de deux siècles et augustiniennes de bientôt deux millénaires?

 

                           

“Le vent souffle où il veut ; tu l’entends, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l’Esprit.” (Jean 3.8 )

michèle laïque assomptionniste 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.