Une première : La formation assomptionniste sur le thème : « Psychologie et spiritualité »

Nous étions dix sept laïcs réunis à Athis Mons chez les frères des Ecoles Chrétiennes les 17 et 18 mars derniers. Ce week-end de formation était animé par Bernard Franot et Jean François Petit. « Initialement, nous dit Bernard, la demande était de savoir si on pouvait transposer aux laïcs mon enseignement en psychologie pratiqué avec les Novices de Juvisy. C’est en effet une bonne occasion de faire le lien entre laïcs et religieux par une coanimation. ». De son côté, Jean François a apporté son apport spirituel : « En référence, dit-il aux traditions ignaciennes et augustiniennes, notre ambition a été d’articuler le « psy et le spi ». Mon rôle est d’intervenir en résonnance avec ce que Bernard enseigne ».

Bernard nous a initiés à quelques précieux fondamentaux. Comment s’élabore la psychologie des relations humaines ? Quelle place je donne à l’autre dans ma vie ? Quels sens mettons-nous à nos mots ? Quelles en sont nos « représentations ». Savons-nous bien écouter ? Quelle est, au fond, ma compréhension de ce que dit et fait l’autre…

En renfort, Jean François nous a tout simplement invités à suivre les pas de Jésus. Regardez comment il s’y prend avec ses disciples. Il les appelle, il les forme en vérité, il transmet, il accompagne : « Que disiez-vous en chemin ? ». En matière d’écoute, il évoque les belles figures de la Bible : Jean Baptiste (« Ecoutez-le), Marie (« faites ce qu’il vous dit ») … Ainsi, on peut mieux comprendre comment une approche chrétienne peut compléter l’approche psychologique ? Nous, chrétiens, nous avons quelque chose de spécifique à dire. On ne valorise pas assez les ressources chrétiennes qui nous donnent des possibilités d’action insoupçonnées. Dieu nous a créés avec notre intelligence. On a une grande responsabilité pour aujourd’hui, et c’est à nous d’annoncer cette bonne nouvelle.

L’objectif de ce premier rendez-vous de formation, à Athis Mons, était principalement de rehausser notre écoute envers l’autre pour améliorer notre relation. Cela peut contribuer à une meilleure fraternité et à l’unité.

Deux autres weekends nous attendent pour approfondir le sujet, mais déjà les participants se sont exprimés sur leur vécu :

Antoinette :

Bernard est naturel et simple dans sa pédagogie. Ce qu’il dit nous rejoint plus rapidement. C’est une formation complète qui permet de s’ajuster dans sa relation intérieure et avec le ciel

Raymond :

J’apprécie la complémentarité des deux enseignements et j’ai découvert la place du Christ : il écoute, il nourrit, il accompagne. J’ai perçu une autre façon de lire l’évangile. Je n’avais jamais vu qu’il était autant psychologue.

Chantal :

Ce qui m’a marqué c’est la découverte de la psychologie positive. Il faut connaître ses talents et les faire fructifier. Ce n’est pas évident !

Céline :

Je découvre que j’étais dans une écoute de questionnement. Je découvre l’écoute active. Cela déplace ! Je vais m’en servir à mon travail, à l’Assomption, partout où je suis….

Françoise :

Je vois ce qui m’a manqué ! J’ai toujours été silencieuse. Je n’ai jamais rien dit. J’ai découvert le potentiel que j’ai d’aimer.

Haq :

Cela remet en cause. On a passé toute notre vie dans le jugement plutôt que l’écoute. J’ai découvert que je réponds avec mes propres représentations des choses, liées à ma culture, ma famille, mon environnement… Ma spiritualité me semble être de l’ordre du sensible. Je vis me concentrer sur cette question.

 

Un texte de Maurice Bellet à méditer :

L’écoute est sans méthode et sans règles

L’coute est sans méthode et sans règles, mais pourtant selon les règles fondamentales de l’écoute c’est :
– Laisser se dire ce qui se dit, ne rien en écarter,
– Etre présent entièrement, non seulement de tête ; en même temps, laisser tout l’espace,
– Si on parle, se borner à proposer, et au plus proche de ce que dit l’autre,
– Ne faire précéder son écoute de rien
– S’abstenir de tout jugement, de tout ce qui définirait l’autre
– Laisser l’autre parler sa langue et se tenir d’abord en sa demande,
– Refuser d’entrer dans le cercle de mensonge ou fausseté,
– Oublier tout savoir,
– Renoncer à tout pouvoir,
– Ne se prévaloir d’aucune fonction,
– Ne rien vouloir de l’autre,
– Et ainsi s’effacer entièrement.

2 pensées sur “Une première : La formation assomptionniste sur le thème : « Psychologie et spiritualité »

  • 21 mars 2018 à 10 h 10 min
    Permalink

    Article précis, intéressant, qui résume bien ce que nous avons à vécu à Athis Mons. Merci à Erwan ! ☺️

    Répondre
  • 22 mars 2018 à 12 h 10 min
    Permalink

    Excellent résumé de ce week-end ” psychologie et spiritualité” vraiment très enrichissant . Bravo Erwan!
    Grâce à des exercices concrets j’ai mieux perçu comment corriger mon comportement d’écoute.
    Merci Bernard!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.