Michel Charrot, laïc engagé sur le Chemin de Vie s’est éteint le 13 Juin 2018

Michel Charrot, laïc engagé à Nîmes sur le Chemin de Vie de l’Assomption depuis 2014 s’est éteint le 13 Juin 2018.

Corinne Filippi dresse son portrait avec beaucoup de délicatesse  :

 

Michel,

C’est ici à Lorgues, dans cette chapelle St Ferréol, que tu affectionnais tant, que nous vous avons rencontrés pour la première fois, Claudette et toi, il y a près de dix ans.
Le Père Noël Le Bousse nous incitait à créer ensemble, dans le Sud Est, un groupe de laïcs proches de l’Assomption.
Nous avons, ce jour-là, découvert des laïcs actifs et soudés autour d’une communauté, emmenés tambour battant par quelqu’un qui avait une énergie débordante et un grand désir de bien faire. C’était toi Michel, bien sûr, toujours épaulé par Claudette.

Nos rencontres régulières nous ont appris à nous connaître, et je peux dire sans risque de me tromper, que tu répondais aux qualités que le Père d’Alzon demandait à ceux qui le suivaient :

Audacieux, Hardi et Franc.

Audacieux, toi qui t’es engagé à l’Assomption avec Claudette, à un âge où bien des gens ne songent qu’à leur confort et leur tranquillité, et pensent à chausser leurs pantoufles et leurs chauffe pieds.

Hardi, toi qui n’as jamais hésité à faire des kilomètres, tant en avion qu’en voiture, pour assister à une réunion, une retraite ou une formation, même une fois Claudette partie et alors que tu étais affaibli par le chagrin ou la maladie.

Toujours le premier arrivé et le dernier parti, afin que tout soit parfaitement organisé.

Franc, surtout, n’en déplaise à certains qui auraient préféré plus de rondeurs dans tes propos, mais cela m’a bien aidé lorsque tu étais le secrétaire de l’association alors que j’en étais présidente.

Tu étais un grand soutien pour moi, toi qui n’hésitait pas à dire ce que bien souvent je n’osais pas, mais toujours sans méchanceté, afin que notre travail avance.
Tu ne supportais ni la bêtise ni l’incompétence, mais ne demandais jamais plus aux autres que ce que tu t’imposais à toi-même, ton désir le plus cher étant de faire vivre et progresser cette alliance laïcs religieux.

Habituellement, je te faisais relire tout ce que j’écrivais et tu relevais fautes de syntaxe et autres erreurs de ponctuations, et tu n’hésitais pas à me dire après un petit discours que j’avais fait des fautes de liaisons, que tu ne supportais pas.
Alors pardonne-moi, Michel, si c’est encore le cas aujourd’hui, mais tu n’es plus là pour me corriger.

Je suis sûre que de là où tu es, avec Claudette que tu as retrouvée, comme tu le souhaitais depuis longtemps, tu garderas un regard sévère mais attendri sur nos faiblesses et que tu veilleras toujours sur nous et notre alliance.

Merci Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.