Lettre du Conseil général plénier à tous les religieux assomptionnistes et aux laïcs de l’Alliance

Chers Frères, chères Sœurs, Le Conseil général plénier réuni en session à Arusha (Tanzanie) a eu la joie de valider les statuts de la future vice-province d’Afrique de l’Est. Trois pays— le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie— vont bénéficier d’une nouvelle organisation 30 ans après la première communauté établie à Nairobi (Kenya). L’Assomption se développe dans cette partie du monde et assume sa part de mission pour l’avènement du Royaume. Dans le même temps, nous avons réfléchi sur nos anciennes implantations, notamment sur notre présence fragile dans la Mission d ‘Orient et en particulier à Istanbul en Turquie. La longue histoire de l’Assomption en terre turque aura-t-elle un avenir ? Après notre départ d’Ankara en 2000— avec la transmission de notre maison à la Compagnie de Jésus¬— la communauté d’Istanbul est l’ultime témoin de notre présence en Turquie. Or, la communauté est très fragile et dès l’automne prochain elle risque de se réduire à un seul religieux actif. Que faire ? Avons-nous la volonté et la capacité de poursuivre notre mission en cette terre d’islam ? Avons-nous le souci de cultiver nos relations avec le Patriarcat œcuménique ? Sommes-nous prêts à répondre aux appels des hommes et femmes de Turquie qui cherchent dans le christianisme un sens à leur existence ? Le C.G.P. lance un appel à tous les religieux et laïcs de l’Assomption pour que chacun écoute les appels de l’Esprit et discerne sur la possibilité de répondre à notre demande. A très court terme, est-il possible de libérer une personne, religieux ou membre de l’Alliance, pour soutenir notre présence pendant un an ? Cela nous donnerait un peu de temps pour étudier de nouvelles pistes pour l’avenir, en Assomption ou avec d’autres congrégations ou mouvements d’Église. A plus long terme, y a-t-il un frère ou plusieurs qui accepteraient de se préparer pour travailler durablement dans le monde turc au service du dialogue interreligieux et d’une présence chrétienne modeste ? Nous vous demandons de réfléchir à ces demandes et de communiquer à vos responsables votre réflexion. Le Conseil tiendra compte de vos remarques, propositions et suggestions pour avancer sur le discernement lors de la session de décembre 2018. Aujourd’hui l’Assomption est lucide sur sa capacité à maintenir sa présence dans telle ou telle partie du monde. Nous tenons compte de l’évolution du monde et de l’Église et nous savons que nous devons nous adapter aux temps nouveaux. Cependant le Père d’Alzon nous a demandés d’être audacieux. Cherchons ensemble à discerner là où Dieu veut nous voir travailler à son Royaume. Fraternellement, Les membres du Conseil général plénier, à Arusha le 11 juin 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.