Retraite à Strasbourg du 14 au 17 novembre 2019 : Deux témoignages

Nous étions une bonne quarantaine dans l’accueillant centre culturel de St-Thomas à Strasbourg pour parler et vivre la Fraternité pendant notre WE annuel de retraite animée par et pour l’Alliance Laïcs/Religieux de l’Assomption.

Nous, c’étaient ceux qui se connaissent depuis la première formation et tous ceux qui ont rejoint depuis, engagés officiellement ou non mais sûrement engagés auprès de leur paroisse, de leur lieu de vie, des communautés assomptionnistes proches et heureux de pouvoir découvrir l’ « Adveniat Regnum Tuum » et les Assomptionnistes qui savent si bien en vivre et en parler.

En dehors d’une organisation réalisée avec compétence et basée sur un réel accueil nous avons pu vivre ensemble un enseignement dont Marie-Bernard a le secret et pour résumer court : nous imprégner des fondements de la fraternité dans la triple relation de Dieu, des autres, du monde à travers l’apport de l’Ecriture, du Père d’Alzon et des liens avec « Laudato Si’ ».

Si nous ne devions retenir que la compréhension du mot « Fraternité » par toutes les personnes présentes : Fidélité, Rencontre, Accompagner, Tolérance, Ensemble, Rayonner, Nourrir, Illuminer, Tendresse, Écoute ! Et tout cela nous nous l’avons porté dans les Eucharisties et nos belles prières.

Puisse ce genre de retraite permettre à l’Alliance Laïcs/Religieux à continuer à s’ouvrir à d’autres pour grandir et vivre de telle richesse.

Pierre SISLER

————————————————————-

Geneviève me demande le ressenti d’un nouveau participant à la retraite de l’Assomption.
Pourquoi quelqu’un marqué par la spiritualité ignatienne fait il un écart vers Strasbourg dans un périple qui avait commencé plus tôt par Juvisy à l’appel de Nathalie ? Disons que le détour fait partie du chemin.

J’ai vu le thème de la retraite décliné pendant deux jours par tous les participants et jamais je ne me suis dit : « mais qu’est ce que je fais là ? ».
Hospitalité de tous pour accueillir chacun, et nul ne se sent de trop. Je peux me reconnaitre dans les prises de parole partageant les actions à destination des prisonniers, dans les espoirs et inquiétudes écologiques qui mobilisent chacun là où il est. Je participe à la définition d’un style de fraternité dans ce moment où chacun en réinvente les mots (Ecoute, rencontre tendresse…). Je n’étais pas forcément dans la majorité, mais pas si loin.

Je suis heureux d’avoir été témoin de tout ce dynamisme de laïcs au service de l’Eglise ou du monde. Peut être l’ignatien aurait il souhaité un peu plus d’appropriation personnelle de la parole et de la belle idée de fraternité à travers prière personnelle et silence. Pour continuer d’unifier sa vie et en trouver la cohérence.

Ces journées ont été pour moi un exercice « d’interconvictionnalité » en vraie grandeur, comme celui que nous allions pratiquer à Dijon quelques jours plus tard avec Jean-François Petit.

Merci à tous de l’accueil.

Pierre DURAND

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.