Chapitre général de 1999 : Laïcs et religieux associés pour le Royaume

74. En 1987, le Chapitre général a traité de la collaboration entre laïcs et religieux. En travaillant à approfondir la recherche et à confirmer notre engagement dans le sens d’une collaboration et d’un partage, un pas de plus a été fait lors du Chapitre de 1993.

75. Après une relecture des textes de référence faisant état de la question laïcs-religieux, le Chapitre général de 1999 a souligné trois niveaux d’appartenance dans la relation laïcs-religieux telle qu’elle est vécue aujourd’hui à travers la Congrégation:

  • les laïcs qui travaillent avec ou pour nous, salariés…
  • les laïcs qui sont avec nous collaborateurs, co-responsables…
  • les laïcs associés, qui demandent à s’engager avec nous, à partager notre charisme, à vivre notre esprit… Ceux-là attendent quelque chose de précis, du type « compagnonnage ». Ils demandent une véritable association laïcs-religieux dans des projets et une spiritualité partagés.

Nos bienfaiteurs ont une place particulière dans cette relation laïcs-religieux.

Aller de l’avant

76. L’Assomption travaille et collabore depuis ses origines avec des laïcs. Dans chacune de nos Provinces se vit une réelle collaboration avec eux. Nous avons un savoir-faire dans ce domaine. Mais il nous faut aujourd’hui aller plus loin. Parce que la société et l’Eglise nous y appellent, parce que des laïcs nous y convoquent. Des hommes et des femmes, avec lesquels nous sommes en lien, désirent partager notre spiritualité. Face à l’appel de la mission, ici, près de nous et au loin, certains expriment aussi clairement leur disponibilité pour des projets apostoliques assomptionnistes menés ensemble.

Héritiers de notre Fondateur et de l’ecclésiologie développée depuis Vatican II, et en fidélité à notre Règle de vie (16 et 20), nous avons à être fondateurs. Avec des laïcs.

77. Aujourd’hui, des hésitations, des réticences, des peurs freinent encore notre engagement au côté et avec des laïcs dont l’attente et la demande se font toujours plus importantes. Chaque religieux et chaque communauté ont pourtant le désir de développer cette collaboration. Le Chapitre appelle à aller plus loin:

  • laissons-nous bousculer, déranger dans notre style de vie, dans nos choix et dans nos habitudes;
  • vivons une réelle et entière co-responsabilité;
  • découvrons les richesses d’une vraie collaboration, et non simplement ses difficultés;
  • osons ne plus être seuls à avoir l’initiative, le “pouvoir”, la maîtrise de la décision;
  • partageons notre prière, notre table;
  • ouvrons nos relations personnelles à notre communauté, pour permettre aux laïcs avec qui nous sommes en relation de rencontrer autre que nous-mêmes.

78. Il y a là un appel à une conversion personnelle et communautaire: c’est notre mentalité même qui est à changer, à convertir. Radicalement.

À l’aube de notre 150ème anniversaire et fort du chemin parcouru depuis 1987, notre Chapitre est convaincu qu’il nous faut aller plus loin. Résolument, et dans la confiance à l’appel de l’Esprit.

Convictions

79. Enracinés dans le même baptême, laïcs et religieux vivent deux vocations uniques, différentes mais complémentaires. Laïcs et religieux cherchent Dieu à travers les visages du Christ pour témoigner du Royaume.

80. Nous avons à être attentifs aux demandes variées que des laïcs peuvent nous faire.

81. Des laïcs nous provoquent à être ouvriers du Royaume à la manière de l’Assomption et de son Fondateur. Nous devons accueillir ce souffle nouveau. Des laïcs sont même prêts à nous faire des propositions de projets dans lesquelles ils souhaitent nous voir nous investir.

82. Dans l’appropriation de notre charisme, nous sommes appelés à le partager avec les laïcs qui le souhaitent, pour qu’il puisse devenir le leur. Notre charisme ne nous appartient pas. Il nous est confié et nous n’en sommes pas propriétaires. C’est lui qui marque notre « être assomptionniste ».

83. Des obstacles freinent notre avancée sur la question de la collaboration laïcs-religieux. Travail et mission partagés demandent une réelle conversion de chaque religieux et de chaque communauté. Nous devons résolument passer du « travail avec » à la « collaboration ».

84. Au sein de l’Assomption, les jeunes générations sont plus particulièrement appelées à vivre la co-responsabilité laïcs-religieux. La formation dans ce sens doit se poursuivre.

Recommandations

85. Le Chapitre général entend l’appel des laïcs qui souhaitent s’engager plus loin avec nous. Il leur propose des éléments d’une Charte sur laquelle religieux et laïcs pourraient s’engager ensemble. Le texte est un premier pas. Chaque Province pourra en expérimenter l’utilisation.

86. Le Chapitre propose la création, dans chaque Province, d’une Commission laïcs-religieux à laquelle siégeraient des laïcs et des religieux. La Province, sous l’impulsion d’une telle commission, lancera une enquête pour mieux identifier les attentes des laïcs et les dynamismes qu’ils expriment de façon à élaborer avec eux des propositions plus adéquates.

87. Le Chapitre demande qu’une commission internationale laïcs- religieux soit mise en place par le Conseil général. Celle-ci sera principalement composée de délégués des commissions provinciales. Cette commission aura pour objectif, en lien avec le Conseil général:

  • d’évaluer d’ici au prochain Chapitre général l’utilisation de la Charte dans la perspective d’aboutir à la rédaction d’une Charte d’engagement commun;
  • de mettre en place un “Réseau Assomption” ayant pour but de fédérer, soutenir, stimuler et dynamiser les personnes et les groupes selon leurs souhaits;
  • d’élaborer des outils pour partager notre charisme avec des laïcs, y compris nos bienfaiteurs.

88. C’est dans cette perspective que le Chapitre attire l’attention sur la nécessité d’associer davantage de laïcs à nos œuvres. Nous avons à développer une réelle politique de volontariat pour les jeunes. Volontariat nord-sud, stages d’étude, bourses d’étude…