Chapitre provincial de 2010-2011 : L'Alliance laïcs-religieux

Chapitre provincial de 2010-2011 : L'Alliance laïcs-religieux

Constats

104. Depuis 2005, l’Alliance laïcs-religieux a fait des avancées significatives. Des religieux et des laïcs ont le souci de la vie spirituelle et de la mission portée ensemble. Le programme de formation, la participation à la session internationale des tandems laïcs-religieux (Nîmes, août 2009), le forum laïcs-religieux (Valpré, octobre 2010), l’approbation du Chemin de vie et l’engagement de vingt et un laïcs (20 novembre 2010) ont affermi cette Alliance.

105. Le Chapitre général a reconnu ces différentes façons de vivre l’Alliance : la convivialité, la prière, le service, la mission (CG, § 142). Il a défini le laïc assomptionniste « comme une personne qui s’engage à vivre sa vocation baptismale et la mission qui en découle, en Assomption, dans l’Église et la société » (CG, § 143). Il a invité à la mise en place d’une structure juridique et canonique pour les laïcs pour leur permettre de se constituer en association de fidèles (CG, § 149).

Convictions

106. L’Alliance laïcs-religieux est une intuition de notre fondateur. Née de l’appel de l’Esprit, elle est un signe dans l’Église. Elle suppose une conversion des laïcs et des religieux pour faire advenir ensemble le Royaume de Dieu (CG 2005, § 63).

107. Pour renforcer l’Alliance, des rencontres fraternelles, des temps de prière et de célébrations, des moments de formation et de ressourcement spirituel, ainsi que des terrains de mission commune sont nécessaires. Ainsi, les liens réguliers de l’Alliance dans l’Assomption se trouvent approfondis. Ils peuvent aussi s’élargir aux laïcs des congrégations féminines de l’Assomption.

108. Le Chemin de vie, dans sa version 2011, en attendant un texte de base pour l’ensemble de la congrégation, est le guide des laïcs pour construire l’Alliance.

109. Il revient aux religieux assomptionnistes de soutenir les laïcs de l’Alliance dans le respect de leur vocation spécifique, particulièrement ceux qui se sont engagés et ceux qui ont une mission confiée par l’Assomption.

110. Un cadre institutionnel est nécessaire. L’Alliance a atteint une maturité suffisante pour mettre en place une association regroupant les laïcs liés à la Congrégation, comme lieu d’appartenance, de représentation et de financement des activités de l’Alliance.

Recommandations

111. Au niveau provincial, le chapitre recommande :

  1. qu’un religieux détaché et un laïc coresponsable soient délégués pour l’animation générale de l’Alliance laïcs-religieux ;
  2. que la Commission laïcs-religieux, dans une composition internationale respectant la diversité de la Province, soit chargée de l’animation de l’Alliance ;
  3. qu’elle trouve les modalités de travail avec les autres commissions ;
  4. qu’elle porte le souci de constitution de la Province d’Europe, ainsi que l’harmonisation du Chemin de vie avec les exigences du Chapitre général (CG, § 144) ;
  5. que la création d’une association de fidèles, au niveau canonique comme civil, avec un règlement intérieur à établir, soit soumise dès que possible à l’agrément du Supérieur général (cf. RV, §§ 57bis et 126 j) ;
  6. que soit mis en place un plan de formation à destination des différentes publics (jeunes, familles), en regroupant les différents moyens de formation (groupes spécifiques, UEA, retraites), en organisant des cycles adaptés pour mieux découvrir l’esprit de l’Assomption et en continuant d’affecter des religieux à cette mission ;
  7. que soit mis en place un plan de communication chargé de l’inventaire des ressources (lettres d’information (ou newsletters), site, rubrique dans les revues de l’Assomption) et des besoins ;
  8. que, dans la mesure du possible, les laïcs soient associés à la réflexion et la mise en place des nouveaux chantiers apostoliques dans les instances appropriées, notamment au Conseil de Province ;
  9. que l’appel soit lancé aux amis de l’Assomption, aux Volontaires Assomption et aux laïcs missionnés, à faire un pas de plus en devenant laïc assomptionniste, en leur proposant le Chemin de vie comme guide ;
  10. que l’appel aux laïcs assomptionnistes, à s’engager selon le Chemin de vie et le renouvellement de cet engagement, soit effectué avec soin par l’Assomption.
  11. que l’Assomption s’engage à soutenir les laïcs assomptionnistes dans la mission qui leur serait confiée (CG, § 50).

112. Au niveau local, le chapitre recommande :

  1. que les communautés organisent, sous la responsabilité des tandems locaux, des temps de prière, de convivialité, de formation et des missions communes, pour développer les liens entre laïcs et religieux.
  2. que les communautés célèbrent dans la mesure du possible la fête du 21 novembre avec les laïcs, permettant à certains de réaffirmer leurs engagements.
  3. que les communautés gardent au coeur de leurs préoccupations, le lien et la communication avec les laïcs, notamment avec les nouveaux et les isolés.

Ainsi, frères et sœurs en humanité, disciples avec d’autres et apôtres en Église et pour le monde, nous pourrons relever, en Assomption, les défis identifiés ensemble au sein de l’Alliance.