Des échos de la conférence du P. Dominique Lang sur l’écologie

Des échos de la conférence du P. Dominique Lang sur l’écologie

DLang_NimesLe vendredi 23 octobre 2015, devant 130 personnes réunies dans un amphithéâtre de l’Institut Emmanuel d’Alzon, à Nîmes, le P. Dominique Lang a exposé les enjeux de la crise écologique, les questions qu’elle pose aux Chrétiens et l’apport de l’encyclique Laudato si.

Dominique Lang, prêtre assomptionniste, est journaliste à l’hebdomadaire Pèlerin et aumônier national du mouvement Pax Christi. Biologiste de formation, il a, depuis de nombreuses années, entrepris une réflexion sur les enjeux de la crise écologique et la crise de conscience des Églises chrétiennes. Il anime deux blogs : “Églises et écologie” et “Rencontres écologie(s) et solidarité(s)”. Auteur de nombreux articles dans diverses revues, il a également écrit un livre intitulé “l’Église et la question écologique”.

La première photo de la planète Terre, en 1972, en montrait toute la beauté. Mais aujourd’hui, face aux énormes dégâts causés par l’homme, il y a lieu d’agir et de modifier le rapport de domination que nous entretenons avec la Terre.

Laudato si : c’est toute la création qui loue Dieu ! Un Dieu qui aime sa création et qui ne veut pas qu’elle se perde. Le Pape parle “d’écologie intégrale”. Ce concept unit étroitement “l’écologie humaine” (mon corps est la première demeure à entretenir) et l’écologie du développement humain dans toutes ses dimensions culturelles, économiques, sociales. Ce qui est en jeu, c’est le devenir de notre maison commune. Notre “sœur la terre”, dont nous faisons intimement partie, crie en raison des dégâts que nous lui imposons.

Que faire alors ? Il faut se mettre en route, en prenant d’abord conscience de notre utilisation personnelle et collective des biens de la terre ; regarder les évolutions de notre milieu de vie ; nous relier à ceux qui luttent pour la sauvegarde de la maison commune. L’enjeu principal aujourd’hui est un enjeu de solidarité pour un univers d’harmonie et de paix. A la suite du Christ, l’écologie invite à redevenir cohérent, attentif. Elle demande une réconciliation avec la gratuité de ce que Dieu nous donne. Et de laisser grandir en nous une fraternité universelle. Voilà un engagement qui devrait mobiliser les jeunes générations de Chrétiens qu’un engagement politique pourrait rebuter.

Vous pouvez retrouver cet article sur le site de la communauté assomptionniste de Nîmes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.