Semaine Sainte en Alliance à Layrac

Plusieurs d’entre nous ont vécu cette Semaine Sainte 2021 à Layrac.
En voici deux témoignages :

1.Vivre et célébrer ensemble !

En cette semaine Sainte 2021, neuf laïcs de l’Alliance ont pu rejoindre les frères ainés du Prieuré de Layrac. Dès le mercredi soir, nous avons été accueillis dans la salle d’Alzon par les frères présents- 2 étaient hospitalisés à Agen ; nous ne pourrons les rencontrer mesure sanitaire oblige et 2 sont accueillis à l’EHPAD, l’un viendra célébrer chaque matin avec nous.

Au cours de ces quatre journées, la méditation sera soutenue par les méditations et homélies de certains d’entre nous ainsi que par des supports artistiques : les tableaux prêtés par Véronique Lange, artiste peintre, voisine du Prieuré et les supports vidéo retenus par le Frère Claude Caumont nous aideront à entrer dans la profondeur des Mystères célébrés.

Les promenades dans le parc et La convivialité vinrent bien sur compléter ces moments de partage et renforcée nos liens fraternels déjà établis depuis bien des années au cours des pérégrinations de chacun dans les communautés assomptionnistes de France.

C’est ainsi qu’ensemble, nous avons pu concrètement prendre soin les uns des autres et du charisme de l’Assomption qui nous fait avancer au large.

Catherine VOYANT

2. Une semaine sainte à Layrac

Quelques articles ont déjà été  écrits sur la semaine sainte au Prieuré de Layrac, tous aussi édifiants et intéressants les uns que les autres. Que vais-je pouvoir écrire d’autre ? Deux ou trois constats et une anecdote.

Nous avons assisté non pas à un jeu de chaises musicales, mais à un jeu de tables musicales, à savoir, que chaque jour, à chaque repas, frères du Prieuré et laïcs de l’Assomption changeaient de table . Système judicieux qui permettait à chacun de mieux se connaître  et qui facilitait les échanges.

Autre nouveauté, dans la chapelle : auparavant,  les religieux étaient installés dans les stalles se faisant face,  formant le chœur psalmodiant les psaumes. Durant la Semaine Sainte, religieux et laïcs de l’Assomption étaient répartis ensemble dans les stalles, symbolisant ainsi l’Alliance.

Après la concélébration du Jeudi Saint, mon épouse est venue me voir, bouleversée. Un célébrant, au moment de la communion, lui a demandé de venir à l’autel,  de prendre le calice rempli du vin consacré et de le suivre  pour distribuer le corps et la sang du Christ. (Covid 19 oblige, l’hostie était délicatement trempée dans le calice).  Avoir dans ses mains le calice qui contient le corps du Christ !!  Quelle prise de conscience… « C’est la première fois de ma vie »… Avons-nous conscience que chaque fois, nous mangeons le corps  du christ et buvons son sang … «  ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ».

Le fait marquant qui, pour moi, caractérise la Semaine Sainte au Prieuré de Layrac et que je n’ai trouvé nulle part ailleurs, c’est cette veillée du samedi saint célébrée dans le cloître à partir de quelques tableaux du peintre Véronique Lange. Les commentaires, sobres, puissants de ses tableaux, par elle-même, ont parachevé l’intensité de leur message.

Deux tableaux de grands formats ont particulièrement retenu mon attention :

  • Le Passage de la Mer Morte : Le peuple hébreu que l’on distingue, mieux, en se rapprochant du tableau, est guidé par la cette Nuée, immense, lumineuse, grandiose au milieu d’une pénombre, d’un environnement sinistre … Symbole de l’Esprit Saint qui a guidé le Peuple choisi jusqu’en Terre Promise … et qui continue à nous guider nous le Peuple de la Nouvelle Alliance.
  • La Résurrection : Le Christ ressuscité est présenté en contre jour, silhouette anodine, quelconque, devant une porte ouverte d’où sort une immense lumière … Présence quotidienne dans notre Humanité.

Véronique Lange a découvert la foi et va prochainement être baptisée. A travers sa peinture faite d’ombre et de lumière, n’a-t-elle pas cheminé vers la Lumière ?

Une petite anecdote que j’ai vécu durant chaque jour de Semaine Sainte : tous les matins, un quart d’heure avant la méditation, nous nous rassemblions dans la salle d’Alzon … Je me mettais, systématiquement à côté du Père Alexis, résident du Prieuré, âgé de 95 ans et ayant perdu la mémoire  ne pouvant plus se situer dans l‘espace et dans le temps… Je l’ai connu à l’alumnat de Cahuzac, en 1955,  j’avais alors 10 ans. Il se souviens très bien de moi… Alors, je lui raconte de vieux souvenirs dont il se souvient très bien… et nous rions aux éclats …

Raymond  RATTIN