Un week-end de plénitude

Un week-end de plénitude

Vendredi soir
Première rencontre, les arrivées se succèdent, de retrouvailles en présentations ; des religieux, des laïcs, des anciens, des nouveaux, des femmes, des hommes, des plus jeunes et des moins jeunes. Une première approche de l’organisation et des contenus nous est proposée.

Samedi
La journée de retraite commence par les Laudes, religieux et laïcs, rassemblés dans une même prière.

Première réunion, le P. Marie-Bernard Kientz anime cette journée en posant deux questions qui feront l’objet d’échanges en petits groupes :
– Religieux et laïcs, qu’avons-nous en commun?
– Les uns et les autres qu’avons-nous, en propre, à mettre en partage pour nous enrichir mutuellement?

Centrée sur “Jésus-Christ au cœur de notre vie”, notre journée va réserver une place principale à ce patrimoine que nous avons en commun : FOI – ESPÉRANCE – CHARITÉ.

Marie-Bernard aime présenter, Dieu le Père, Dieu le Fils, nous et les autres, sous forme d’un petit dessin, dont il déduit les relations filiales et fraternelles, qui s’établissent entre ces “Personnes”.

Il nous propose successivement, différentes facettes de nos relations à Dieu Père et à Jésus, commençant par la FOI :
– Foi et obéissance (une relation d’enfant de Dieu),
– Foi et liberté (une relation d’amour salvatrice et libératrice),
– Foi et prière (une rencontre qui nourrit notre foi).
Le bénéfice de cette richesse relationnelle : une vie profane, irriguée par notre vie spirituelle, l’une et l’autre intimement mêlées.

Après la foi, l’ESPÉRANCE :
– éducatrice de notre regard,
– qui détourne ce regard de la futilité pour le réorienter vers “la perle fine”,
– qui nous révèle notre condition de pèlerin, de passage sur cette terre,
– l’espérance qui nous guide et nous libère entre autres de l’instinct de possession.

Un autre petit dessin pour une autre facette relationnelle, LA CHARITÉ. Une phrase de St Augustin reprenant St Paul résume le commentaire qui va suivre “si la charité vient à manquer, à quoi sert tout le reste ?”.

La relation aux autres, présentée comme le passage de l’amitié à la fraternité pour devenir le Frère de tous. Une exigence que Marie-Bernard qualifie de rugueuse, quelque chose qui décape et qui gratte. Le cheminement de présentations en méditations, est émaillé de quelques haltes, devant une phrase d’Évangile, de St Augustin, d’Emmanuel d’Alzon, ou encore du Pape François.

Cette journée de préparation se termine en soirée par les témoignages de différents laïcs qui font mémoire de belles réalisations, sources de joie, vécues durant l’année ; ainsi ce montage vidéo présenté par Geneviève et Jean-Michel résumant le bout de route sur le chemin de Compostelle, pour accompagner des prisonniers vers un retour dans un monde plus fraternel.

Dimanche matin
Après un temps d’échanges avec 4 religieux parrains de différents laïcs, la grande chapelle de Valpré nous accueille religieux et laïcs, communauté locale et invités, pour une célébration d’engagement sur le Chemin de Vie des laïcs assomptionnistes.

Le P. Claude Maréchal donne le ton par un mot d’introduction ouvrant la porte au P. Jean-François Petit qui préside la célébration. Après l’homélie, chacun est appelé par son prénom, répondant “Me voici” et vient présenter son cheminement personnel et son désir de s’engager. Les parrains rejoignent les 6 qui s’engagent, avant qu’un chant invoquant l’esprit soit entonné.

Les engagements de Céline et Lilian, Erwan, Geneviève et Jean-Michel, Bernard, sont alors reçus par le P. Jean-François.

Les documents officiels sont signés et la croix des laïcs de l’assomption est remise à chaque nouvel engagé, par son parrain, ainsi que le livret du Chemin de Vie des laïcs assomptionnistes. Enfin plusieurs dizaines de frères et sœurs viennent réaffirmer la force et la permanence de leur engagement.

Après félicitations chaleureuses et émouvantes, la célébration se poursuit avec le Notre Père qui vient redire notre conditions d’enfants de Dieu et Frères du Christ et la communion qui nourrit notre foi dans le Christ roi au cœur de nos vies.

Pour conclure la matinée : un repas fraternel partagé entre échange de souvenirs, de projets et d’émotions. Les au-revoir annoncent de prochaines retrouvailles.

Deo Gratias.

Bernard Franot

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.